Montagne-cool, la montagne à portée de main

flux rss

Facebook

twitter

Montagne-Cool Mobile

La quete du Graamme

Accueil -> Articles -> Chroniques

Vanoise, quand tu nous tiens...

A pratiquer toute l'année, à pied, en raquettes, à skis ou surf, et même en courant pour certains allumés !

jyhes (30-05-2011)

0 (0)





On prend les mêmes et on recommence !

Toussaint, Courchevel, midi. Clic, clac… Rituel pour un pélérinage ! Et une nouvelle photo de famille... Chaque année de nouvelles têtes, sauf Angelo, le doyen, immuable (au moins quinze « répétitions » de l’itinéraire à son actif, dans toutes ses alternatives possibles…)

Chargés pour au moins cinq jours, les sacs pèsent un peu, mais pour cette première étape, le refuge sera rapidement atteint. D’ailleurs, il ne faut pas traîner si l’on veut admirer le coucher de soleil sur les lacs Merlet (et accessoirement ne pas terminer à la frontale !) A la Toussaint, plus qu’à n’importe quelle autre période, la montagne appartient à ceux qui se couchent et se lèvent tôt ! A 17 heures, l’obscurité et le froid vif gagnent rapidement la terrasse du refuge. L’hiver nous rappelle qu’il n’est pas loin. Il a d’ailleurs un peu neigé hier. Les refuges du parc ne sont pas gardés en automne. Chacun s’active à rendre le nid douillet. Et ne comptons pas sur le coup de mains d’éventuels randonneurs attardés. Sur tout le parcours, il est rare de croiser plus de cinq personnes !

A 19 heures, comme si le corps s’habituait déjà à son nouveau rythme, l’appel de la paillasse se fait sentir, et comme le réveil sera à 5 heures pour tous… La douceur du feu tombe vite et nous sommes loin de la surpopulation des Cosmiques. On apprécie d’échapper aux désagréments des chambrées bondées, alors tant pis pour la chaleur humaine, une couverture supplémentaire fera l’affaire…

Choisis ton col...

Au réveil, le ciel brille de mille étoiles. Il a gelé bien fort. Le sol a une rigidité surprenante, presque irréelle. Les premiers rayons nous accueillent au col de Chanrouge, ainsi que les chamois, qui en profitent également. Plantés au col, c’est toujours le même rituel : il faut choisir l’itinéraire qui permettra de boucler l’étape du jour dans les meilleures conditions… Le col Rouge est difficile s’il a beaucoup neigé, le cheminement vers le col des Fonds n’est pas évident, surtout en cas de pluie… Dans tous les cas, le col du Soufre reste toujours praticable même s’il impose une redescente au refuge du Saut (privé et fermé !) A chaque année sa décision ! Et c’est parti pour le col Rouge, même si l’équipe reconnaît bien vite avoir sous estimée l’importance de la dernière chute de neige… Qu’importe, nous nous relayerons régulièrement pour faire la trace.

Une histoire de refuges...

Le refuge de Peclet Polset a été reconstruit après destruction du précédent par les flammes. Ici l’eau arrive (presque) au robinet et le chauffage fonctionne au… gaz ! Nouveau refuge, nouvelles pratiques, même si l’on regrette toujours le côté chaleureux d’une construction tout en bois, avec un vrai feu… Ici, la partie hiver est enclavée dans le sous-sol, tout en ciment et carrelage… Refroidissant !

Qu’importe les conditions pourvu qu’on ait le repos. Et il va en falloir à tous car l’étape suivante est de bien plus grande envergure. Au programme : col de Chavière, qui va nous permettre de basculer en Maurienne, redescente au lac de la Partie pour retrouver la discrète et délicate sente du col du Ravin Noir (qu’on ne trouve même plus sur la carte !), col de la Masse (attention en juillet 2002, un affichage au bureau des CRS de Pralognan annonce qu’un éboulement a rendu dangereux le passage) pour terminer par l’interminable descente au Plan d’Amont.

On profite une des dernières fois du refuge du Fond d’Aussois, voué à la destruction à cause d’incontournables problèmes de sécurité (l’accès au dortoir lorsqu’il y a de la neige, se fait en descendant par une échelle de la pièce commune, la porte extérieure étant bloquée par les congères. On imagine mal devoir s’en extraire en cas d’incendie à l’étage !) Après de bons et loyaux services, il va faire place à un nouveau, sur le modèle de celui de Péclet Polset semble-t-il… Vanoise, que sont tes refuges devenus !

Nouvelle grosse bavante aujourd’hui, non pas tant par le dénivelé que par la distance à couvrir… Une fois le col d’Aussois passé et son impressionnante descente dans les névés gelés, il faudra cheminer au fond des interminables cirques que traverse le sentier balcon de la vallée du Doron. A vol d’oiseau, le refuge de la Valette paraît tout proche, mais à pieds d’homme, nous aurons raison des derniers lacets que bien tard dans l’après midi… D’ailleurs, un d’entre nous, abandonné par ses chevilles, les imitera en cours de chemin, pour plonger au fond de la vallée, dans les hammam et jacuzzi du « refuge new school» du Roc de la pêche (mais cette fois-ci, en est-ce vraiment encore un ?) Dommage, car le coucher de soleil sur le massif de Polset vaut toutes les trempettes possibles, fussent-elles bouillantes et à bulles !

C’est maintenant qu’il faut juger du temps à venir. On peut facilement regagner Courchevel demain quelques soient les conditions ou prolonger encore d’une journée notre périple. La clarté de la nuit nous y invitera.

Petite journée, mais grand bonheur où nous enchaînerons les cirques du Petit et du Grand Marchet (dont l’impressionnante paroi nord domine Pralognan). Nuit au refuge du col de la Vanoise, point de départ de tant de terrains de jeux d’été (La Grande Casse, l’aiguille de la Vanoise…)

Et à l'année prochaine !

Comme si la virée était un hymne à la démocratie, il faut encore argumenter pour décider de la dernière étape. Les plus courageux pourront griller leurs dernières cartouches en remontant par le col des Saulces, via le petit Mont-Blanc, les plus téméraires pour éprouver l’influence de la loi de Newton sur les roches de la brèche Portetta (dont le chemin a lui aussi mystérieusement disparu sur la dernière édition de la carte, voir dossier de P. Sombardier dans MM de cet), les plus romantiques (et/ou les plus fatigués !) préféreront flâner sur les crêtes du mont Charvet…

Dans tous les cas, tout le monde se retrouvera sans encombre au point de départ, en n’oubliant pas de se donner rendez-vous à l’année prochaine…

Le raid en détails

Cela va de soit, mais ça va mieux en le disant, l’automne est une saison intermédiaire… C’est ce qui fait l’originalité mais aussi la fragilité de cet itinéraire. Les couleurs, les ambiances sont uniques et qui n’a jamais marché à cette période ne peut se les imaginer complètement. Toutefois, il faudra suivre de près l’évolution des conditions climatiques. La neige et le grand froid sont devant la porte et peuvent entrer sans frapper, fermant en quelques heures un col. C’est pourquoi il est important de repérer chaque jour les échappatoires. Elles sont toujours possibles, même si parfois elles aboutissent à un village de Maurienne, alors que la voiture est en Tarentaise ! Mais par expérience, une galère en stop vaut toujours mieux que s’entêter à gravir un col rendu infranchissable par une météo capricieuse…

J1 : Courchevel - Refuge des lac Merlet par le col de Chanrossa ou le col de la Platta. 3 à 4 heures selon l’itinéraire.

J2 : Refuge des lac Merlet – Refuge de Péclet Polset par le col de Chanrouge puis au choix, par le col Rouge, le col des Fonds ou le col du Soufre. 6 à 8 heures selon l’itinéraire.

J3 : Refuge de Péclet Polset – Refuge du Fond d’Aussois par le col de Chavière, le col du Ravin noir (cairns que l’on trouve à l’est du lac de la Partie) et le col de la masse (se renseigner au PGHM de Bourg St Maurice ou au bureau des CRS de Pralognan sur sa praticabilité, après l’éboulement de 2002). 8 heures.

J4 : Refuge du Fond d’Aussois – Refuge de la Valette par le col d’Aussois et le sentier balcon de la vallée du Doron de Chavière. 8 heures.

J5 : (facultatif) Refuge de la Valette – Refuge du col de la Vanoise par le Petit et le Grand Marchet. 6 heures.

J6 : Refuge de la Valette / Refuge du col de la Vanoise – Courchevel au choix par le col des Saulces (et éventuellement le petit Mont Blanc) ou la Brêche Portetta (ponctuellement passages de 2 et 3) ou les crêtes du mont Charvet au départ du petit Hameau de la Croix (le plus facile)



Les internautes ont dit...


 



Retour à la liste des articles

Haut de page

© Montagne cool - Enigmes cool - Livres sur la montagne 2004 à 2018

Infos légales | Nous contacter | Partenaires | Liens | Plan du site

En manque d'Aventure, voici 5 idées de sorties...

Pic de Néouvielle // voie normale [Pic Long - Néouvielle], Tête de la Fréma [Ubaye-Orrenaye], Presles // Même pas peur [Vercors], Tour du Mont Truc // par les Chalets de Miage [Massif du Mont Blanc], Ichthyosaure de Chanolles // Par le sentier de la Mélaie [Massif des 3 Evéchés],

Et un peu de lecture...

Kettlebell, Des résistants polonais en Vercors, Bouches-du-Rhône , Mike Horn, L'Alpe n°50 - Le tourisme pour métier,