Montagne-cool, la montagne à portée de main

flux rss

Facebook

twitter

Montagne-Cool Mobile

La quete du Graamme

Accueil -> Articles -> Pédagogie

Les cotations

Les cotations, tout est relatif ! Les cotations, ce n'est pas une affaire de rigolos. C'est même plutôt très sérieux !

jyhes (05-06-2011)

0 (0)





Avant tout propos, voici la grille des cotations en vigeur sur Montagne Cool

Les cotations, tout est relatif !

Les cotations, ce n'est pas une affaire de rigolos. C'est même plutôt très sérieux ! Le seul vrai problème, c'est qu'il s'agit de coter le plus objectivement possible la difficulté d'un parcours une bonne fois pour toute, alors que chacun sait que celle-ci peut varier en fonction de multiples critères (météo, période de l'année, condition physique, nombre de personnes, matériel vieillissant...). Qui n'a jamais trouvé telle voie d'escalade "sous cotée" ou telle course d'alpi "sur cotée" ? Sans compter que ces cotations prennent de l'âge. Passer une voie en 9a était inconcevable il y a cinquante ans (cela reste encore inconcevable pour moi malgré tout ;-)

Quoi qu'il en soit, il faut bien s'accorder sur un "minimum" commun, histoire d'avoir une petite idée de ce qui nous attend et éviter de ce retrouver "sec" dans un passage bien au delà de nos réelles capacités !

Pour infos, on se prend la tête sur les cotations depuis 1925, date à laquelle l'alpiniste allemand Willo Welzenbach (1900-1934) pose les premières bases de ce qui va nous intéresser plus bas. "Sa" cotation ne comportait alors que six degrés (F, PD, AD, D, TD et ED).

Cotations escalade

Christelle dans la

Christelle dans la "voie jaune" des Aiguilles Rouges (Chamonix)
Cotation : AD-

Cotation globale

Bien que peu utilisée, c'est la plus "causante" parce qu'il n'y a qu'à lire pour savoir ce qui nous attend !

  • F : "Facile"
  • PD :  "Peu Difficile"
  • AD :  "Assez Difficile"
  • D :  "Difficile" [Difficulté maximale en escalade pour Montagne-Cool]
  • TD :  "Très Difficile"
  • ED :  "Extrêmement Difficile"
  • ABO :  "Abominable"

S'ajoutent ensuite à la difficulté des sous cotations repérées en (+ ou -).

Cotation en libre :

C'est la plus utilisée dans les topos pour les voies équipées "Sport" (comprendre _vraiment_ équipées ;-)
Les cotations en France en escalade libre rocheuse débutent généralement à partir du 2 et s'arrêtent au 9a+ pour le moment (cotation ouverte).
A chaque degré s'ajoutent trois subdivisions notées "a", "b" et "c" et/ou + et - qui s'assemblent à volonté : 5c, 5b/c, 5+, 5c+...
On ne trouvera rien au dessus du 6a sur Montagne-Cool.

Cotation libre "obligatoire"

Correspond à la difficulté maximale obligatoire rencontrée dans une voie d’escalade rocheuse, sans possibilité d’utiliser un point d’aide (sans "tire clou")
Il faut faire la différence entre cotation obligatoire et difficulté maxi.

Exemple: une voie 5c obligatoire et 6a max signifie que vous aurez OBLIGATOIREMENT au moins un pas de 5c à passer en libre (sans "tire clou"), mais que vous pourrez également rencontrer un pas de 6a évitable (en tirant sur un cou ou en s'écartant un peu de la voie initiale...)

Cotation pour l'escalade artificielle (on parle "d'artif")

L’escalade artificielle consiste à progresser sur les points que l’on place dans les différentes faiblesses du rocher, telles que les fissures, les trous… La cotation en "Artif" est fonction de la solidité des points et de la hauteur de chute possible lorsqu’un des points cède sous l’effet de la chute du grimpeur.
Les différentes cotations s’échelonnent entre A0 et A6 :

  • A0 : Tous les points de protection sont en place et résistent à une chute du premier de cordée. Si vous rencontrez dans une voie de plusieurs longueurs une section A0, c’est généralement une longueur dite "tire clou", qui vous aide à franchir une section difficilement réalisable en libre.
  • A1: La cordée équipe elle-même la voie, les points résistent à la chute, même si deux points au plus peuvent être plus délicats. Le matériel utilisé est composé de pitons, de coins de bois, de coinceurs, de friends...
  • A2 : La cordée équipe la totalité de la voie. La majorité des points résistent à une chute. Certains passages sont plus techniques et les passages délicats correspondent entre 5 et 10 points successifs.
  • A2+ : Un peu plus délicat, la chute potentielle se situe entre 10 et 20 mètres.
  • A3 : Les passages techniques sont plus longs et peuvent être réalisés sur crochets. Néanmoins des points bétons du type spits ou pitons scellés sont en place entre les passages techniques. La chute potentielle peut atteindre entre 20 et 25 mètres.
  • A3+ : Les pas peuvent être encore plus délicats. Le niveau y est beaucoup plus soutenu et la chute potentielle peut avoisiner les 30 mètres.
  • A4 : Très longues sections techniques, les points de progressions (à opposer aux points d’assurage) peuvent avoir 10 mètres d'écart. La progression devient plus lente. Une longueur peut demander plusieurs heures. Des points solides entrecoupent ces sections très délicates.
    La chute potentielle peut atteindre les 50 mètres.
  • A4+ : Pas encore plus délicats, escalade plus technique et plus soutenue.
  • A5 : Extrême, tous les points sont des points de progressions et pas des points d’assurage. La chute est interdite. L’ascension d’une longueur peut devenir interminable, de plusieurs heures à la journée.
  • A5+ : Aucun point ne résiste à la chute sauf les relais. Autant dire que la chute est interdite.
  • A6 : Par définition, les points ne résistent qu’au poids du grimpeur. Les points et même les relais ne résistent pas à un vol. La chute est donc strictement interdite.

Cotations alpinisme

Christelle dans la dernière longueur de la pointe du Goléon (La grâve) Cotation : PD

Christelle dans la dernière longueur de la pointe du Goléon (La grâve)
Cotation : PD

Cette appellation n'existe pas vraiment pour les puristes, on parle plutôt d'"escalade sur neige, glace et mixte". Bon.

On passera sous silence les cotations purement "glace" (en fait, une double cotation chiffre romain/chiffre arabe le premier pour le "sérieux" de la cours, le second pour le degré de difficulté technique) qui nous importent peu ici..

reste donc la cotation que nous appelons "alpinisme" qui prend surtout en compte le degré de danger dans lequel se trouverait une cordée si un problème survenait. Les critères pris en compte sont l'éloignement par rapport au refuge à la vallée... ainsi que les possibilités de redescente, d'échappatoire ou d'altitude.

  • I : Itinéraire court, peu éloigné, descente facile, proche du refuge, de la vallée....
  • II : Itinéraire un peu plus long, la descente demandant parfois de l'attention, peu de dangers objectifs. Il est facile de faire demi-tour et les secours peuvent être alertés rapidement.
  • III : Itinéraire plus long, parfois éloigné, retraite possible mais délicate. En cas de mauvaises conditions météorologiques, les secours peuvent avoir de grosses difficultés pour intervenir.
  • IV : Itinéraire d'ampleur demandant une bonne expérience. Approche longue et descente compliquée. Risques objectifs et retraite délicate. Itinéraire dangereux en cas de mauvais temps.
  • V : Itinéraire long et engagé sur grande paroi d'accès difficile. Choix de l'itinéraire, longueurs difficiles et soutenues. Retraite et descente difficiles, risques objectifs importants. Impossibilité de faire demi-tour. En cas de mauvais temps l'itinéraire peut s'avérer très dangereux.
  • VI : Itinéraire de grande face dont toutes les longueurs sont soutenues. Assurage compliqué, retraite aléatoire. Descente longue et difficile. Itinéraire très exposé aux dangers objectifs. La cordée doit pouvoir compter sur elle même en cas de problèmes et en cas de mauvais temps.
  • VII : La même chose poussée à l'extrême...

Cotations Via ferrata

Le bon coté d'Angélo dans la via de la Cascade de la Fraiche (Pralognan) Tout en haut, le pont de singe

Le bon coté d'Angélo dans la via de la Cascade de la Fraiche (Pralognan)
Tout en haut, le pont de singe "aérien"...
Cotation : AD

Pour les via, c'est un peu plus flou... des cotations existent bien, mais les conditions de pratique (terrain aseptisé, surabondance de matériel...) rendent parfois un peu "surfaite" la cotation exprimée. Il faut garder à l'esprit que cette activité est vraiment "à part" des autres citées ici tant la recherche de sécurité par un tiers est omniprésente. Certes, c'est toujours à celui qui pratique d'assurer sa propre sécurité, mais sur les via ferrate - du moins celles de France - "on" (le plus souvent la mairie, par l'intermédiaire du constructeur et/ou du bureau des guides) nous a déjà bien dégrossi le terrain (câbles, marches, échappatoires). Du coup, même une via "difficile" reste toujours réalisable, pour peu que l'on ait quelques ressources dans les biscotos. Cela ne veut pas dire que le danger (mortel !) n'existe pas, bien au contraire, mais la minimisation des risques objectifs est telle que dans une utilisation "normale" (avec du matériel adapté et bien utilisé, en respectant le sens de progression...) la via ferrata est praticable - a priori - par le plus grand nombre, la cotation n'étant qu'un indicateur très relatif...

Cette dernière tente néanmoins de prendre en compte la difficulté des passages/ le caractère athlétique de l'itinéraire (raideur, abondance des points d'aide...), la longueur de l'itinéraire, le caractère impressionnant des passages et longueur de la marche d'approche (et donc indirectement, les difficultés en cas de repli ou de déclanchement de secours)

Ce qui donne quelque chose ressemblant sur le papier à une cotation alpinisme, mais sur le papier seulement. Une via D+ est praticable par un néophyte bien briffé sur le matériel et la progression, ce qui n'est pas vraiment le cas en alpinisme...

  • F : Facile
  • PD : Peu Difficile = enfant et débutant
  • AD : Assez Difficile
  • D : Difficile = pour débutant bien accompagné
  • D+ : Difficulté supérieure = pour personnes habituées
  • TD : physique pour les personnes très habituées

On utilise les signes + et - pour affiner la cotation (AD- < AD < AD+ < D- < D...)



Les internautes ont dit...


erreur sur article il est dit au chapitre Cotation libre "obligatoire":
Correspond à la difficulté maximale obligatoire rencontrée dans une voie d’escalade rocheuse, sans possibilité d’utiliser un point d’aide (sans "tire clou")
Il faut faire la différence entre cotation obligatoire et difficulté maxi.

Exemple: une voie 5c obligatoire et 6a max signifie que vous aurez OBLIGATOIREMENT au moins un pas de 5c à passer en libre (sans "tire clou"), mais que vous pourrez également rencontrer un pas de 6a évitable (en tirant sur un cou ou en s'écartant un peu de la voie initiale...)

je rectifie car des topos indiquent :
le 5C obligatoire est la cotation minimun en tirant au(x) clou(s)
le 6A est la cotation maxi sur de l'ensemble de la voie sans se servir des clous comme prise de main ou de pied .
information vérifiée....quant le 6a est délicat ! ce qui est logique
moricio
invité le 26-03-2013

 



Retour à la liste des articles

Haut de page

© Montagne cool - Enigmes cool - Livres sur la montagne 2004 à 2018

Infos légales | Nous contacter | Partenaires | Liens | Plan du site

En manque d'Aventure, voici 5 idées de sorties...

Rocher de Villeneuve // par le Col du Golet [Vanoise], Rochefort Samson // le Spigolo [Vercors], Canyon d'Oppedette // boucle aval[Monts du Vaucluse], Le Queyron [Queyras - Alpes Cottiennes], Hautes Chaumes // de Salm à la Tourbière de la Maxe [Vosges Gréseuses],

Et un peu de lecture...

Bas-Rhin, Alsace du Nord, Chef de cordée, L'ENSA à la conquête des sommets - La montagne sur les voies de l'excellence, L'Alpe 57 - Au coeur du Val d'Abondance, La voie Marion,